Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 17:11

de Lorraine Levy                                                            (Drame - Durée : 1h45)

avec  Emmanuelle Devos,  Vincent Elbé,  Jules Sitruk,  Mehdi Dehbi,  ...

 

 

 

Au détour d'une analyse de sang, Orith s'étonne que le groupe sanguin de son fils Joseph soit différent de celui de la famille. Les pensant faussés, l'examen est renouvelé mais celui-ci confirme les premiers résultats.

  

Orith décèle enfin la vérité auprès de l'hôpital : à la naissance de son fils, il a été échangé par mégarde avec un autre.

  

Après le contrecoup, les remises en question fusent pour les 2 enfants désormais adolescents. L'un est Juif, l'autre est Arabe.  Que vont-ils devenir ?

 

 

 

LA NOTE DE PASSIFLORE :

 

Le casting est vraiment excellent : Emmanuelle Devos et Pascal Elbé en tête ainsi que les jeunes Jules Situk (que l'on a connu grâce au film "Moi César 10 ans 1/2  1 mètre 39" ou "Vipère au poing" au côté de Catherine Frot) et Medhi Dehbi qui n'a que quelques films à sont actif mais qui s'en sort pas trop mal.

  

Côté bande-son, on peut y entendre rapidement Nael Naim avec "My dreams" mais rien de particulier qui m'emporte plus dans ce long-métrage, dommage. Une belle musique, en fil rouge tout au long du film, aurait été un point fort pour le film.


Selon moi, c'est la mise en scène qui pêche !! La réalisatrice Lorraine Levy a réussi à capter le conflit israélo-palestinien qui, a n'en pas douter, est particulièrement difficile. Mais son long-métrage a un gros point faible : l'émotion n'est pas réellement au rendez-vous. Je ne demandais pas forcément des scènes larmoyantes mais ces scènes auraient été nécessaire pour apporter au film un véritable aspect dramatique. Là, on passe plusieurs fois à côté de ce qui aurait enclencher de belles émotions, vraiment dommage.  

 

 

 

  bande-annonce  LE FILS DE L'AUTRE

  le-fils-de-l-autre.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Passiflore - dans Archives film 2012
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 13:44

MON COUP DE COEUR

  

 

 

de Matthieu Delporte et Alexande de la Patellière  (Comédie - Durée : 1h50)

avec Patrick Bruel, Charles Berling, Valérie Benguigui, G. de Tonquédec, ...

 

 

Pierre est choqué par ce qu'il vient d'entendre. Lors d'une soirée familiale, son beau-frère annonce le prénom que sa femme et lui ont choisi pour leur premier né.  De là, les reproches les plus enfoui vont ressurgir et enflammer la soirée.

 

 

 

LA NOTE DE PASSIFLORE :

   

[ vu en avant-première ]

  

J'ai vraiment beaucoup aimé. C'est très drôle et finement écrit. Sans réelle fausse note, le scénario bénéficie d'un excellent casting qui relève le tout au rang de 'comédie'. La réalisation est fait en 8 clos et les 5 acteurs principaux - à coups de battle - s'en donnent à coeur joie. C'est juste bien fait, bien construit, une situation qui pourrait arriver à tous.

  

Le casting est topissime : Patrick Bruel (le chanteur-acteur est excellent), Charles Berling, Valérie Benguigui (que j'adore !!), Guillaume de Tonquédec et Judith El Zein.

     

Le petit bémol : voir 5 personnes s'engueuler pendant 1h50, faut aimer. Mais ma foi, c'est rudement bien fait, très drôle comme dit plus haut, et c'est divertissant. Je ne dévoilerais pas le fameux prénom pour ne pas gâcher l'effet de surprise. 

   

Le petit plus du film : un générique de début qui ne contient que les prénoms des acteurs, réalisateurs et équipes techniques, original.

  

A voir absolument.

 

 

bande-annonce  LE PRENOM 

 

le-prenom.jpg

 

 

 

Au final, 3,3 millions de spectateurs pour "le prénom", joli succès (mérité). Bravo !!! 

 

 

 

Repost 0
Published by Passiflore - dans Archives film 2012
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 12:09

de Daniel Cohen                                                           (Comédie - Durée : 1h25) 

avec  Jean Reno,  Michael Youn,  Julien Boisselier,  Raphaelle Agogué,  ... 

  

 

 

Jackie Bonnot, fin cuisinier amateur, rêve de travailler dans de grands restaurants. Mais à cause de ses goûts pour la grande cuisine, il n'arrive pas à garder de simples boulots de commis.   

 

Bientôt papa, il se résout alors à prendre un petit emploi de peintre pour subvenir à la venue de l'enfant. Il croise alors la route de Alexandre Lagarde, l'un des plus grands chefs de France.

 

 

 

LA NOTE DE PASSIFLORE :

  

Jean Reno et Michael Youn s'en sortent plutôt bien dans cette comédie. Le reste du casting :  Julien Boisselier (vu dans "Je vais bien, ne t'en fais pas" ou l'excellent "Clara et moi") et Raphaelle Agogué (également à l'affiche de "A l'aveugle"). 

        

La réalisation est sans réelle faille. Quoique très (trop) classique. A mon sens, un film culinaire se doit d'être remonter par diverses "épices". C'est visuellement sans caractère et sans saveur. La bande-son (est inexistante) et la réalisation aurait dû avoir une touche supplémentaire en lien avec le thème, sombre comme le fait par exemple un réalisateur pour un 'thriller' ou sanglant pour un film d'Horreur.    

      

Malgré un sérieux manque de profondeur, c'est après tout une 'comédie' et c'est bien là l'essentiel. J'aurais juste aimé que ce soit un peu plus de drôle encore, c'est visuellement appétissant mais scénaristiquement sans saveur. Disons que je ne me suis pas ennuyée mais que je ne le verrais pas une seconde fois.  

    

Pour les fans du genre uniquement.

 

 

   bande-annonce  COMME UN CHEF

  cimme-un-chef.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Passiflore - dans Archives film 2012
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 16:51

de Andrew Stanton                                                                (SF - Durée : 2h20)

avec Taylor Kitsch, Lynn Collins, Willen Dafoe, Mark Strong, Samantha Morton

 

 

 

John Carter est mort.  Ainsi, il lègue toute sa fortune à son jeune neveu. Le jour de la lecture du testament, le notaire lui remet le journal que tenait son oncle.

  

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, John Carter a vécu une incroyable aventure sur ce qu'il comprendra plus tard comme étant la Planète Mars.

 

 

 

LA NOTE DE PASSIFLORE :

 

Scénaristiquement, "John Carter" se défend plutôt pas mal. C'est visuellement que ça pose problème. Les effets spéciaux sont vraiment vraiment ratés. Avec un tel budget (250 millions de dollars tout de même) on aurait le droit à s'attendre à mieux. Je suis assez déçue à ce niveau là. Seuls les personnages numérisés étaient très bien fait. Le reste (scènes tournées sur fond vert trop flagrantes, vaisseaux et sauts du personnage de John Carter mal faits, ...).

 

J'ai apprécié l'humour incrusté au scénario, c'est pas mal et c'est un bon point en plus.

 

Le casting est bon : tout d'abord "John Carter" interprété par Taylor Kitsch que l'on a pu voir principalement dans la série télé "Friday Night lights" ou au cinéma dans "X-men origins: Wolverine" (Gambit) en 2009. Côté rôle féminin, c'est également une actrice qui a joué dans "X-men origins: Wolverine (sous les traits de Silver Fox) Lynn Collins, peu connue en France mais qui a pourtant tournés aux côtés de Jim Carrey dans "23", de Keanu Reeves et Sandra Bullock dans "Entre deux rives", de Jennifer Garner dans "30 ans sinon rien" et de Drew Barrymore et Adam Sandler dans "Amour et amnésie". En seconds rôles on retrouve une belle palette d'acteurs : Willem Dafoe (la saga "Spider-man", "American Psycho" et plus loin dans le temps "La dernière tentation du Christ"), Mark Strong ("La taupe, "Green Lantern", "Sherlock Holmes", ...), et l'oscarisée Samantha Morton ("Elisabeth : l'âge d'or", "Accords et désaccords", "Minority report", et surtout "Jane Eyre").

 

En bref, malgré un visuel un peu (trop) mal fait, le reste est convenable : un bon casting, un scénario sympa (action et humour entremêlés), à voir s'il l'on a 2h20 à tuer.

 

 

bande-annonce  JOHN CARTER

  

john-carter.jpg

 

 

 

 

Repost 0
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 18:05

de Xavier Palud                                                                (Thriller - Durée : 1h30)

avec  Jacques Gamblin,  Lambert Wilson,  Raphaelle Agogué,  Marie Vincent,  ...

 

 

 

Après le meurtre sanglant d'une jeune femme, le commandant Lasalle enquête. Mais il découvre rapidement que d'autres crimes - en apparence sans lien - sont perpétrés dans la ville.

 

 

 

LA NOTE DE PASSIFLORE :

 

Jacques Gamblin et Lambert Wilson sont assez crédibles mais donne une impression d'être lâchés dans l'arène sans directive du metteur en scène.

  

La mise en scène justement manque de pep's pour sa catégorie (thriller) qui aurait dû aller crescendo. Personnellement, je trouve dommage que l'on comprenne trop facilement l'histoire.

  

Ce film, aux abords sanglants, manque cruellement d'un réel scénario. En effet, la trame de fond est intéressante mais le scénario est relativement fade, sans rebondissements intéressants. On tient la première demie-heure et on a tendance à s'ennuyer ensuite. Xavier Palud a su nous tenir en haleine pendant ces 1h30 mais sans véritable attrait.   Déçue.

 

 

bande-annonce  A L'AVEUGLE

   a-l-aveugle.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by Passiflore - dans Archives film 2012
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 14:33

de Fred Cavayé, Michel Hazanavicius, E. Bercot, Eric Lartigau, A. Courtès, ...

avec Jean Dujardin et Gilles Lellouche                    (Comédie - Durée : 1h50)

 

 


En différents sketches, retour sur l'infidélité masculine.

 

 

 

LA NOTE DE PASSIFLORE :

       

- La trame de fond : l'infidélité.   

        

- Le scénario : en format sketches.

       

- L'originalité : plusieurs réalisateurs et auteurs ont participé au projet et apporté leur touche perso.

    

- Le casting : 2 acteurs géniaux Jean Dujardin et Gilles Lellouche entourés de la crème des comédiens francophones (Isabelle Nanty, Guillaume Canet, Géraldine Nakache, Alexandra Lamy, Sandrine Kiberlain, Manu Payet, Mathilda May, Lionel Abelanski). 

         

La bande-son est assez diverse mais parfaitement dans le ton "Boys like me" de Haussmann, "Time to dance" de The shoes, "Just the way you are" de Billy Joel, "Sunshine Raggae" de Laid Black ou encore quelques morceaux en français "Amoureuse" de Véronique Sanson ou "Fidèle" de Charles Trenet.

   

Un film qui retrace tous les stéréotypes de l'infidélité. Ca tranche dans le vif, ça appuie parfois là où ça fait mal. Malgré quelques inégalités, il y a de bons passages (parfois trash, parfois bien cliché) et de bonnes répliques. Les mecs en prennent plein leur grade. C'est caricatural mais réaliste.

  

L'autodérision est, selon moi, le fil rouge de ce long-métrage. J'aurai préféré que ce soit un long-métrage classique mais ma foi, ça rend ce format intéressant et original.  

    

[ Film dédié à Pierre Gamet - ingénieur du son décédé en janvier 2012 - dont Guillaume Canet président de la 37ème Cérémonie des César rendait déjà hommage. ]

 

 

 

bande-annonce  LES INFIDELES

 

les-infideles.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Passiflore - dans Archives film 2012
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 20:30

de  Josh Trank                                                                      (SF - Durée : 1h25)

avec  Dane Dehaan,  Alex Russell,  Michael B. Jordan,  Ashley Hinshaw,  ...

 

 

  

Lors d'une soirée, 3 étudiants entrent dans une mystérieuse cavité au sol.

  

En entrant, ils ne se doutent pas un instant que leur vie va basculer.

 

 

 

LA NOTE DE PASSIFLORE :

        

Le gros point faible est sans nul doute la mauvaise qualité des effets spéciaux. [ Pourtant, la production prévoit déjà une suite. Malgré bons nombres de points négatifs, ce long-métrage leur est rentable. En effet, avec un budget de 12 millions de dollars, le film a déjà rapporté le double en 15 jours ].

    

Sans spoiler la fin du film, le point positif est que - pour une fois - cette production ne finit pas en "happy end" comme savent si bien le faire les américains.

  

Visuellement, "Chronicle" reprend le mode tourné caméra au poing tel que "Cloverfield" et les sagas "Paranormal activity", "REC" ou plus loin dans le temps le précurseur "le projet Blair Witch"  

    

Pas de bande-son excepté un morceau  de "Price Tag" de Jessie J.

 

Le casting est composé principalement de 3 jeunes acteurs inconnus au cinéma : Dane Dehaan, Alex Russell et Michael B. Jordan qui ont principalement été aperçu dans les meilleures séries du moment ("Dr House", "True Blood", "New York Unité Spéciale", "Friday Night Light", "Lie to me", "Bones" ou encore "Cold case") et s'en tirent plutôt pas mal.

  

Un film sans prétention qui a pour seul intérêt sa scène d'action finale... et encore !!! Le thème est insufisant, trop peu de rebondissements, pas de profondeur dans le scénario donc peu intéresant dans l'ensemble. Ce n'est pas à chier mais on a vu mieux dans cette même lignée.

  

Pour les fans du genre uniquement.   

 

 

bande-annonce  CHRONICLE

  chronicle.jpg

 

 

 

 

Repost 0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 16:57

de  Eric Guirado                                                               (Drame - Durée : 1h35)

avec  Jerémie Renier, Julie Depardieu, Alexandra Lamy, Lucien Jean-Baptiste

 

 

 

Bruno et Maryline Caron et leur fille sont aux anges; ils quittent leur Nord natal pour aller vivre dans un châlet dans les montagnes d'Annecy.

    

Mais là où devait être le bonheur se trouve le pire des cauchemars.

 

 

 

LA NOTE DE PASSIFLORE :

  

Basé sur des faits réels, l'Affaire Flactif, ce long-métrage retrace dans les grandes lignes cette histoire tristement célèbre [ dont quelques événements ont été modifié (comme par exemple le nom des protagonistes et les lieux, le nombre d'enfants des Flactif etc.) ].

  

Si toute tracée est cette histoire, la réalisation et le casting parfaire l'ensemble. Le réalisateur a bien reconstitué les événements et marque bien l'effet dramatique (crescendo de la haine au passage à l'acte irrémédiable). Côté casting, les "couples" Jérémie Renier / Julie Depardieu et Alexandra Lamy / Lucien Jean-Baptiste sont parfaitement tenu leur rôle mais c'est véritablement Jérémie Renier qui tire son épingle du jeu (prise de poids et coupe de cheveux pour une meilleure ressemblance au vrai personnage). 

  

Niveau bande-son, de bons morceaux ponctuent l'ensemble "Favourite game" de The Cardigans et  "Satisfaction" de Benny Benassi.  Sympa. 

  

Un film à voir tant pour sa dramatique histoire que pour sa mise en scène.

 

 

bande-annonce  POSSESSIONS

      possessions

 

 

 

Repost 0
Published by Passiflore - dans Archives film 2012
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 20:23

  Vendredi 24 février 2012 - 21h.  Théâtre du Châtelet, à Paris.

  

 

 

En cette 37ème Cérémonie des César, c'est Guillaume Canet qui a l'honneur de le présider : " Bonsoir, bonsoir à tous et à toutes. Quel accueil !!  Je suis très fier et très heureux et je remercie Alain Tersiron de m'avoir confié la Présidence de cette 37ème Cérémonie des César. Les films nommés ce soir appartiennent tous à des genres totalement différents : le Cinéma d'Auteur, la Comédie, le Film d'époque, sociale, politique, et ils ont pour certains la particularité d'avoir été vu par un très grands nombres de spectateurs; ce qui n'est malheureusement pas le cas chaque année.

    

Cette année est une année record dans l'Histoire du Cinéma français - et ce à l'air du téléchargement ce qui prouve bien que rien ne remplace le plaisir de découvrir un film avec du public et l'ambiance d'une salle de cinéma. Je tiens à saluer ces spectateurs et leur dire un immense merci pour leur fidélité, leur dire que leur désir de cinéma alimente le nôtre, qu'il nous permet de nous exprimer, qu'il nous donne la précieuse liberté de faire des films... 

  

Bien sûr, il y a des mutations complexes et parfois douloureuses pour les laboratoires et les salles, liées à l'air du numérique, mais les cinéastes étrangers nous rappellent que le monde entier envie notre cinéma : sa richesse, sa liberté justement et sa diversité. La singularité de notre cinéma et son audace lui permette aussi de rayonner au delà, bien au delà, de nos frontières. Et chaque année, il fait partager notre richesse culturel au monde entier.  A ceux qui ne sont pas nommés ce soir, rappelez-vous que vous avez participé à ce que cet amour du cinéma reste intact, et c'est quand même cela le but - au delà de toutes récompenses.

  

Avant de conclure, j'aimerais partager avec vous quelque chose qui me touche profondément, j'aimerais saluer la mémoire d'un grand homme - un homme peut connu du grand public - mais un homme très connu de la profession. Son immense talent d'ingénieur du Son a été maintes fois récompensé au César et il a travaillé avec quelques uns des plus grand metteurs en scène comme François Truffaud, Alain Corneau, Jean-Paul Rappeneau, Bertrand Blier, Claude Berry et tant d'autres. Il était comme un père spirituel pour moi et il m'était donc impossible ce soir de prendre la parole sans lui rendre cet hommage : il s'agit de Pierre Gamet (...)

  

Voilà, je vais pouvoir abréger votre attente et je vous le redis : je suis très fier de déclarer cette 37ème Cérémonie des César ouverte. Et maintenant place au Cinéma !!"

  

S'ensuit Antoine de Caunes en maître de Cérémonie pour la 8ème fois consécutives présentant sous forme de sketch les longs-métrages sortis en 2011.

 

 

    cesar-2012.png

   

 

 

 

    Voici les gagnants de cette 37ème Cérémonie des César :

     

 

César du Meilleure Espoir Féminin : ex-aequo pour Naidra Ayadri  (pour Polisse) et Clotilde Hesme  (pour Angel et Tony)

 

César du Meilleur Second Rôle Masculin : Michel Blanc  (pour L'Exercice de l'Etat)

 

César du Meilleurs Costumes : Anaïs Roman  (pour l'Apollonide)

 

César du Meilleur Décor : Monsieur Laurence Bennett  (pour The Artist)

 

César du Meilleur Film d'Animation : Le chat du Rabbin  (pour messieurs Joann Sfar et Antoine Delesvaux)

 

César du Meilleur Espoir Masculin : Grégory Gadebois  (pour Angele et Tony)

 

César du Meilleur Premier Film : Sylvain Estibal  (pour Le cochon de Gaza)  

 

César du Meilleur Film Documentaire : Tous au Larzac  (pour Christian Rouaud)

 

César du Meilleur Musique : Ludovic Bource  (pour The artist)

 

César du Meilleur Second Rôle Féminin : Carmen Maura  (pour Les femmes du 6ème étage)

 

César du Meilleur Court-Métrage : L'accordeur  (pour Olivier Treiner)

 

César du Meilleur Scénario Original : Pierre Schoeller  (pour L'exercice de l'Etat)          

 

César de la Meilleure Photographie : Peter Ionivo  (pour The Artist)

 

César de la Meilleure Adaptation : Yasmina Rezza et Roman Polanski  (pour Carnage)

 

César du Meilleur Montage :  Laure Dedette  (pour Polisse

 

César du Meilleur Son :  Julie Brenta, Cécile Ranc, Olivier Hespel  (pour L'exercice de l'Etat)

 

César du Meilleur Film Etranger : Une séparation  (pour Asghar Farhadi)             

 

César du Meilleur Réalisateur : Michel Hazanavicius  (pour The Artist)

 

César de la Meilleure Actrice : Bérénice Béjo  (pour The Artist)

 

César du Meilleur Acteur : Omar Sy  (pour Intouchables)

 

 

Et pour remettre le dernier trophée, le César du Meilleur Film, le président Guillaume Canet revient pour le remettre en personne : The Artist

 

 

 

RESUME DE LA SOIREE :       

 

 

 

Une jolie soirée dont voici les meilleures images.

    

On a pu assister aux performances scéniques de Alexandre Astier, Sara Forestier, Valérie Lemercier, Julie Ferrier, Laurent Laffite et Kad Merad ; moments d'humour aussi sympa que l'année précédente.

 

Le gros flop de la soirée c'est sans nul doute "Polisse" qui, avec 13 nominations, ne remporte que deux trophées : Meilleur espoir Féminin pour Naidra Ayadri et Meilleur Montage.  Dommage pour le reste du casting.

 

L'étonnante présence de Mathieu Kassovitz qui, furieux de n'avoir eu qu'une seule nomination pour son film "L'Ordre et la Morale" avait insulté le Cinéma français via les réseaux sociaux.  Suivit d'une "boulette" de Mathilde Seigner qui gache un peu la récompense de Michel Blanc - qui de son côté l'a bien pris.  Bad !!  

     

 

Comme chaque année, un hommage est rendu à la communauté artistique.  Ainsi, l'on a pu apercevoir ces acteurs, producteurs, ingénieurs-son ou encore attachés de presse qui nous ont quitté en 2011 et en particulier à Annie Girardot décédée le 28 février 2011. 

 

 

Antoine De Caunes rend ensuite hommage à l'actrice britannique, Kate Winslet et c'est Michel Gondry (avec qui elle a travaillé sur le film "Eternal Sunshine of the spotless night") qui lui a ensuite remis un trophée d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Après un petit discours de Michel Gondry pour Kate (qui s'est amusé à parler de sa poitrine et son derrière) : " (en français) Bonsoir mesdames et messieurs, (puis continuant en anglais) on pourrait croire que, après avoir travaillé avec Roman Polanski l'année dernière, je parle parfaitement français et bien malheureusement c'est loin d'être le cas. Contrairement au métier d'acteur, et bien il y a des choses qu'on ne peut pas imiter et en l'occurrence je ne peux pas faire semblant de parler français. 

  

C'est un énorme honneur pour moi d'être ici, de recevoir ce César, qui est une reconnaissance, et une reconnaissance que nous avons la chance de faire partie d'une communauté cinématographie internationale dans laquelle nous jouons tous un rôle. J'aimerais remercier tous ceux qui sont responsable de la décision prise de me décerner ce prix.  Ce prix aurait pu être donner à quelqu'un d'autre et vous avez décidé de le décerner à moi donc je vous en remercie.

 

Je sais que c'est une grande chance d'être ici ce soir mais aussi d'avoir l'occasion d'aimer réellement mon travail et d'avoir travaillé avec des réalisateurs, des acteurs de qui j'ai beaucoup appris et qui font que je vais travailler tous les jours,  heureuse, qui me permettent de raconter des histoires, de faire des erreurs et de continuer à apprendre. 

 

J'aimerais remercier tous ceux qui m'inspirent et qui m'encouragent à aller plus loin et j'aimerais remercier Michel Gondry particulièrement d'avoir parler de mon derrière et de ma poitrine à la télévision française et c'est vraiment la seule chose pour lequel je le remercie car ce n'est pas un très bon réalisateur en réalité, (dit-elle ironique). Michel était une véritable porte d'entrée pour moi dans le cinéma français, c'est une grande chance et j'aimerais également mentionner Roman Polanski de m'avoir donner l'occasion de dire une fois dans ma vie j'ai travaillé avec Roman Polanski (...) et conclut en français : Merci de votre gentillesse et de cette charmante soirée".  

 

 

 

Grand gagnant donc, le film "The Artist" qui remporte ce soir 6 Trophées dont celui de Meilleure Actrice pour Bérénice Béjo qui obtient enfin sa première récompense pour ce film : "(en larmes, elle envoie un baiser à la foule) Je dois vous avouer quelques chose, je le voulais vraiment. Je le voulais !! Je vous ai toutes adoré, toutes les autres actrices qui sont nomimées mais j'le voulais... Je pensais pas que je serais tellement émue mais (euh j'arrive pas à y croire en fait) Je vais essayer de continuer et de mériter ce prix. Voilà je vous remercie, j'y crois pas. Merci beaucoup beaucoup".

   

"Intouchables" quant à lui ne remporte qu'une seule récompense mais non des moindres César du Meilleur acteur pour Omar Sy. Il remercie tout d'abord sa famille et les autres nommés puis conclut : " Bon hein, les gars (Eric Toledano et Olivier Nakache, les réalisateurs d'Intouchables, ndlr) on va pas pleurer !! Eric et Olivier merci beaucoup, merci pour tout. Merci pour la confiance que vous me donner depuis des années, merci pour tout les gars voilà, je vous dois beaucoup euh j'espère juste qu'on est qu'au début de notre histoire voilà les mecs, je tiens beaucoup à vous. Je vous le dois !!, conclut-il ému avant de faire le pas de danse qu'il fait dans le film. Merci beaucoup, je suis comme un ouf !! J'ai fait genre je m'en fou mais j'suis comme un dingue !!!  Merci beaucoup..."       

 

 

 

 

LA NOTE DE PASSIFLORE :

 

J'ai adoré les films "The artist" et "Intouchables" et leurs récompenses est grandement mérités. J'ai explosé de joie pour chacune de leur récompense, c'est dire !!!   Pourtant, après coup, j'ai remarqué qu'il y a tout de même deux oubliés de ces César 2012 : "Omar m'a tuer" et "Présumé coupable". Malgré leur incroyables prestations, le cinéma français les a littéralement snobé dans toute cette masse "The artist" - "Intouchables".   Ces 2 biopics ont à peine leur présence aux nominations, c'est vraiment regrettable quand on voit la prestation de Philippe Torreton et Sami Bouajila. Ils méritaient amplement un trophée mais, happés par les deux films phares de l'année, ils n'ont pu qu'admettre leur défaite. Qu'à cela ne tienne, ces deux longs-métrages sont majestueux de vérités et je salue ici leur prestations, leurs implications, dans ces petites merveilles que nous offre ce cinéma français.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

Et Antoine de Caunes de conclure comme chaque année :

"Gloire aux vainqueurs, Honneur aux vaincus"

 

 

 

 

 berenice-bejot.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

           

       meilleure actrice

 

 

 

 

 

michel-hazanavicius.jpg

  meilleur réalisateur

 

 

 

 

 

 omar-sy-copie-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                   

                                                                                  meilleur acteur

 

 

 

 

 

 

BRAVO A TOUS !!!!!

 

 

 

 

 

 

 

A voir également le SAV d'Omar et Fred spécial César. Génial !

 

 

 

 

 

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 22:52

de  Phyllida  Lloyd                                                             (Biopic - Durée : 1h45)

avec   Meryl  Streep,   Jim  Broadbent,   Olivia  Colman,   Alexandra  Roach,   ...

 

 

 

 

Retour sur la vie personnelle et politique de celle que l'on appelait  La Dame de Fer, Margaret Thatcher.

 

 

 

LA NOTE DE PASSIFLORE :

 

Le point positif de ce long-métrage est la performance de Meryl Streep [ et un maquillage bluf-fant ] : purement époustouflante, authentique et très convaincante. A chaque nouveau film, elle ne cesse de m'étonner. On la connait depuis les années 70 mais c'est réellement ses dernières années qu'elle diversifie ses choix. Elle sélectionne ses rôles avec justesse et grande variété : en comédie musicale dans "Mamma Mia", en patronne irascible dans "Le Diable s'habille en Prada", en bonne-soeur dans "Doute", en femme devant choisir entre deux hommes dans "Pas si simple" ou encore en cuisinière dans "Julie et Julia".  J'adore !!

      

Malgré tout, ce film a du mal à trouver son but. Celui-ci s'entremèle  entre vie privée et sa vie diplomatique, malmené par une réalisation qui se veut pourtant apolitique.  Pour comparaison, Tom Hooper, le réalisateur de "Le discours d'un roi", a parfaitement maîtrisé son sujet "biopic politique" : raconter l'histoire vraie du roi Georges VI et son handicap tout en laissant de côté sa vie politique. Pari réussit. De son coté, la réalisatrice Phyllida Lloyd s'est, selon moi, emmeler les pinceaux entre ce qu'elle voulait montrer et la réalité des choses, et - de sa vision impartielle - ne va pas en profondeur.  Grave erreur. Elle perd le fil.

    

Rien de plus pour ce film qui, malgré l'énorme prestation de Meryl Streep, ne restera pas dans les mémoires.

 

 

bande-annonce  LA DAME DE FER 

   LA-DAME-DE-FER.jpg

 

 

Meryl Streep a reçu de nombreuses récompenses dont l'Oscar, le Golden Globes, le Bafta Award pour ce rôle qu'elle interprête avec justesse.

 

 

 

Repost 0
Published by Passiflore - dans Archives film 2012
commenter cet article

 

cooltext1426076376.png

aux amoureux du cinéma !!

 


Fan de cinéma ??

Ce blog est pour vous !!

 

 

Cinema

 

 

Vous y trouverez mes synopsis

 

et mes avis personnels !!


 
Vous pouvez, vous aussi, donner votre avis, positif ou négatif, sur les films récents du 7ème art.

 

 

 

------------------------

Mes films préférés

 

N'oublie jamais

Collision

Kiss kiss bang bang

Le cercle des poètes disparus

Slumdog millionaire

La ligne verte

L'âge de glace

Petits meurtres à l'anglaise

Tanguy

Bad Santa

Very bad trip

...

 

 

------------------------

Mes acteurs préférés

 

Robert Downey jr.

Meryl Streep

Rachel McAdams

Emily Blunt

Kristin Scott Thomas

Valérie Benguigui

François Berléand

James Franco    

Stanley Tucci

...

 

 

------------------------